Monday, August 12, 2019

Jeu vidéo, violence et Pirlouit

Bon, les jeux vidéos font partie intégrante de ce à quoi mes enfants sont exposés. Que ce soient des jeux auxquels je joue, des jeux plus "RPG" que je raconte comme s'il s'agissaient d'histoires au lieu de mettre un dessin animé ou les speed runs de l'ultime décathlon que je regarde en faisant la vaisselle, ils sont partouts. Et mes enfants savent bien qu'il y a des jeux vidéos qui ne sont pas pour eux (les fps -- "jeux de mitraillettes", que je ne sais pas complètement faire partir de youtube, et aussi certains 'run-and-gun' tels que Iconoclasts ou Metal Slug auxquels je jouerai/regarderai quand ils seront au lit).

Dans l'ensemble tout semblait bien se passer jusqu'au jour où l'institutrice maternelle de J.L.N m'annonce qu'elle l'a rattrapé de justesse alors qu'il s'apprétait à sauter sur la tête d'un camarade de classe qui était étendu par terre. Je tombe de haut. Le coup de "on ne frappe pas un adversaire à terre" me vient immédiatement à l'esprit ...

si si, c't'un boss ... 'faut lui sauter sur la tête
mais là, je repense au Super Mario Odyssey auquel nous avions joué tous les deux pendant le week-end. Et dans SMO, les combats contre les boss sont presque toujours identiques: on débarasse le boss de ses protections, on utilise des attaques-casquette pour l'assommer, puis lui écrabouille la tête pour passer à la phase suivante. La similitude est trop grande pour que je n'en tienne pas compte.

Alors bien sûr, les coups sur la tête, ce n'est pas nouveau dans un Mario. Mais jusque-là, qu'il s'agisse de Koopas, de Goombas ou autres, on devait juste "leur sauter dessus". Ils étaient bien debout et dans la VTJ, on ne sait évidemment pas sauter haut assez pour retomber sur la tête d'un adversaire. La violence fantaisiste restait bien cantonnée dans le monde imaginaire sans plus d'effets que si on avait lu "Jack et le Haricot Magique" dans sa version originale.

Difficile évidemment d'être sûr que c'est bien ce qui s'est passé dans sa tête. J'ai expliqué à mon fiston qu'on ferait une pause dans le jeu, le temps qu'il se mette bien en tête que c'est dangereux, que ça fait très mal et que ça peut même envoyer les copains à l'hopital, etc. Et pendant que j'essayais de faire comprendre tout ça, je me suis revu à son âge, au moment où j'étais complètement accroc au "Pays Maudit" de Peyo, où je m'identifiais tellement à Pirlouit que je pouvais être assez fatiguant à force de faire des farces ... et où mes parents ont un jour dû me tenir un discours un peu du même genre parce que je commençais à flanquer des coups de poings sur la tête, comme quand Pirlouit veut faire taire Monulf. Pour moi, ça ne devait pas être grave: dans la BD, les personnages auxquels on faisait ça étaient "juste assommés", même pas blessés. Je n'avais aucune notion de ce que "traumatisme crânien" pouvait signifier, évidemment.

No comments: