samedi, octobre 29, 2016

Le journal de Link : Cher Bouclier

Je n'oublierai jamais le jour de notre rencontre et je te promets de ne jamais te perdre dans l'estomac géant d'un bibedum.
On en a vu des belles et des pas mûres, tous les deux, et tu m'as sauvé la vie à bien des reprises.

Quand je repense à tous ces squelettes et hommes-lézard qui traînent dans les donjons de cette terre désolée, je frémis rien qu'à l'idée que tu n'aies pas été à mes côtés pour bloquer leur attaques meurtrières. Avec toi, ce n'est qu'une question de patience d'en venir à bout: choisir la bonne distance, ne pas plonger tête baissée, et porter un coup d'estoc lorsqu'ils reprennent leur esprits. Ils peuvent bien tenter de passer par-dessus moi, tu suis leur mouvement encore mieux que Navi.

Heureusement, ils sont trop bêtes pour se mettre à plusieurs pour m'attaquer. Sinon, il faudrait que je commence à me déplacer dans la pièce pendant le combat, choisir un emplacement stratégique parce qu'évidemment, si je me retrouve vraiment au corps à corps, tu ne me seras plus d'un grand secours. garder la bonne distance: tout le secret est là. Assez loin pour que tu sois efficace, et assez prêt pour que je sois efficace aussi :)

Il n'est pas encore forgé le canif qui nous séparera.


Aucun commentaire: