jeudi, novembre 08, 2007

Encore Titus

De temps en temps, je passe faire un tour sur vgmaps.com, un chouette site qui répertorie les niveaux de jeux vidéos comme un "atlas". C'est du boulot, évidemment. Ayant récupéré "the Blues Brothers" sur abandonia, je me suis amusé à photographier le jeu au fur et à mesure.

the Blues Brothers, c'est le jeu où Titus Interactive prépare les ingrédients de ses futurs jeux. Des munitions (caisses à lancer sur les ennemis), pas encore tant de passages secrets, mais une série de "salles secrètes", comme les cavernes de Prehistorik (premier du nom) qu'il faudra explorer pour rassembler les objets nécessaires au concert de Jack et Elwood, mais qui peuvent aussi bien contenir des "bêtes" bonus ou un loubard.

Many games feature a way to carry items between different places, but Titus Interactive, in their nineties, brought that as the number-one mechanic of the game. The amno, for instance, are things you carry along, like crates. You can only carry one at a time, and if you get hit, you lose what you're carrying. The result is a platformer where careful progress is required, but where you also face a puzzle dimension, in the sense that you will need to pick your route to save amnos.

The whole is spiced up with some exploration, as you will need to find a special item in each level to get the "good ending" of the game. By then, I found that mix much more interesting than the usual straightforward, infinite amno, gun-oriented platformer.


Autre détail qui a son importance, si vous êtes touchés alors que vous transportez une caisse, vous la perdez, ce qui veut dire que plus loin dans le jeu, vous serez désarmé face à un autre danger. Bref, le moindre faux-pas est lourd en conséquence. Autre exemple, les designers se sont amusés à s'assurer qu'à deux ou trois endroits, vous risquiez de retomber plus en arrière dans le jeu (de préférence là où vous n'aviez pas la possibilité d'éliminer tous les ennemis).

  • niveau 1 : le magasin (guitare dans une des échoppes). On affronte des loubards, des mémés en caddie, des policiers, des serveuses furieuses et des jardiniers toqués. Une fois dans les nuage, c'est le piaf pond-vite qui nous mêne la vie dure
  • niveau 2: en construction (lunettes et chapeau que je ne parviens pas à atteindre. Peut-être faut-il un parapluie ...) Sale gosses armés de pulvérisateur d'acide et gros bras maniaques de la clé à molettes, mais gare aux mares d'acides et aux broyeurs.

Autre petit élément sympathique, des objets tels que les parapluies ou les balons du premier niveau, offrent un gameplay plus varié.

Blues Brothers II -- jukebox adventure: un flopBref, du bon jeu de plateau comme on aimerait en voir à nouveau. Dommage que l'opus "II" (juke box adventure) n'ait pas été une réussite... Bien sûr, les graphismes sont nettement plus beaux, mais ils ont complètement perdu le fil de l'histoire. Tout d'abord, le principe même du jeu n'a plus rien avoir. On le catégorise sur abandonia de "no-brain fun", et en effet, plus la moindre recherche. La progression dans le niveau est devenue ultra-linéaire. Finies les caisses, ici on lance des disques, et il faudra souvent en balancer plusieurs pour venir à bout d'un monstre apparemment inoffensif.

Là aussi, le bât blesse: alors que Blues 1 nous avait fait affronter des personnages parfois déjantés, mais toujours réalistes, on se retrouve ici face à des pièges à loup vivants et géants, et .. euh une sorte de tondeuse à gazon croisée avec une pelleteuse mécanique qui à visiblement des instincts de pit-bull.

Bref, les deux premiers niveaux sont beaux, mais franchement insipide une fois leur côté démo/tutoriel passé, et dès le niveau 2, les monstres sont tout simplement pénibles (mouvements trop rapides, impossibilité de les dégommer quand ils sont "au repos", bref, pas impassables, mais pénibles)

Et pour le coup de grâce, je vous laisse contempler, hébétés, nos fameux blueseurs transformés en sur-hommes après avoir mangé une part de gâteau, ce qui semblerait leur permettre de faire des sauts plus longs, et peut-être renforcerait la puissance de leur lancer de disque.

Ridicule et pas convaincant pour un sous. Bref, autant Titus Interactive nous a fait de bons jeux dans ses jeunes années, autant il semblerait qu'ils aient été contaminés par la transformation du monde du jeu vidéo en un "marché" et progressivement perdu toute notion du gameplay et de la conception des bons niveaux. Je n'oserais même pas dire qu'ils ont transformé BB en un clône de Megaman: la seule ressemblance viendrait du fait que l'on tire sur des ennemis dans un sidescroller.

Bref, concentrez-vous sur le premier volet à moins d'être un graphiste en manque d'inspiration.

3 commentaires:

cyborgjeff a dit…

A peine je m'étais plein de ne plus retrouver la disquette, que Pype s'est rué à se faire un petit BB ;)
Souvenir, souvenir.. ce jeu était vraiment un pur plaisir, et comme tu le dis, la mise en place du concept Moktar ! Et surtout il tournait +/- sur carte Hercule 2 couleurs (lol)

La version 2, comme malheureusement pas mal d'autres jeux Titus par la suite manquait cruellement d'intéret !

Junior a dit…

hannn mercii j'avais ouvlié les blues bros putain... les jeux titus ouais une bonne claque quand meme a l'époque

sylvainulg a dit…

@junior: pas de quoi. Dommage que ton profil n'est pas accessible au public: je ne sais pas aller voir ton blog, du coup (enfin, y'a peut-être rien qui ait un rapport dedans, ceci dit)