jeudi, juin 09, 2016

Frogatto, round 2

vous vous souvenez de Frogatto ?
Vous auriez du mérite, parce que je n'en parle pas souvent. Un jeu de plate-formes indépendant, libre, en pixel art aux couleurs à tomber par terre.
Avec mon nouveau laptop et son nouveau Linux, je peux m'installer frogatto rien que par un apt-get.

J'ai choisi de me faire une partie en mode "casual" histoire d'être sûr de ne pas me retrouver bloqué au premier monde. Jusqu'ici, je ne regrette pas ce choix: plus de renfort de vie et peut-être bien un système de retour-au-début-du-niveau-avec-toute-sa-vie qui fait du bien.

The revised frogatto, as distributed in Xenial Ubuntu, is far more stable and enjoyable than the one I played before. Maybe that's because I decided to play in Casual mode ? Well, more live fountains, more hitpoints recovery items dropped by monsters, and a fair chance to re-start the level if you happen to fail it. Good thing.

On the graphics side, all the environments I've crossed are well polished, colorful when needed, dark and gloomy when suited, but always varied. If there was a single thing I'm not fan of, it is this way of rotating sprites to make them "climb slopes" or rotate pulleys. Why ? because the pixels of the game are scaled, so when art is simply rotated, you see a mixture of vertical/horizontal pixels and some slanted pixels. And to my eyes, this *never* works well. It makes the pixelization an arbitrary limit rather than an artistic choice.

Gameplay-wise, Frogatto is a bit harder to control than your average mustachied plumber. For the one thing, it tends to knock its head on ceilings a bit too early and too often, making you miss jumps here and there. A pity, for a frog. The other thing is spit control. Spitting out monsters is Frogatto's signature move, but it is really hard to master. How far, how fast and how high you spit depends on your own speed and direction keys you're pressing as you spit out. Combined with the fact that what you spit is affected by gravity and that -- unlike with Yoshi's Island -- there is no such thing as "spit out monster gets rolling on the ground", which compensates for the lack of aiming precision. Here, you miss your target most of the time. I'm glad I haven't insisted on pushing some similar THROW mechanics for Bilou's School Rush. And you'll be glad when you find more amno around you to hit that approaching freaky bug.


Il faut dire que dans la version précédente que j'avais essayée, le jeu crashais dès que je mourrais, résultat, j'étais obligé de reprendre de mon point de sauvegarde in-extremis avec un malheureux point de vie... comme dans Cave Story, sauf que le jeu se prête nettement moins au ""farming" de points de vie.

Les graphismes sont aussi agréables que dans le blog, et si je trouve les musiques trop angoissantes pour faire partie d'une playlist-passe-partout, elles sont tout à fait appropriées pour la mise en ambiance du jeu. La seule chose que je regretterait est l'utilisation de rotations du pixel-art déjà zoomé ... euh, ça casse un peu l'effet...

Côté gameplay, maintenant. Le jeu est globalement chouette, mais parfois un peu confus. L'attaque principale de Frogatto consiste à relancer des ennemis qu'on a avalé au préalable, façon "Yoshi's Island". Tout comme dans mon "School Rush", les ennemis que l'on recrache sont affectés par la gravité. Par contre, là où j'avais décidé d'avoir une seule trajectoire pour les objets lancés, les projectiles de Frogatto suivent un trajet différent selon qu'on saute, court, qu'on est à l'arrêt, etc. De plus, là où un maskass craché par Yoshi se mettra à rouler en boule une fois qu'il atteint le sol, les projectiles de Frogatto rebondissent un peu, d'une façon assez difficile à prédire à moins d'être un caïd de la balle magique.

Quelques niveaux plus tard, je me vois offrir un tir d'énergie-mauve-à-tête-chercheuse... mais qui malheureusement peut très bien décider de cibler un projectile ennemi plutôt que l'ennemi lui-même, ce qui rend la survie en forêt assez ... aléatoire.

2 commentaires:

cyborgjeff a dit…

C'est franchement mignon en tout cas !
ça tourne en quoi ?

Sylvain Pypebros a dit…

pas trop sûr de la question à laquelle je dois répondre, là.
ça tourne sur quoi ?
https://frogatto.com/about/ renseigne Windows, Mac et Linux, plus des portages sur iPhone et BlackBerry10.
c'est écrit comment ?
l'équipe a créé son propre moteur de jeu principalement en C++ avec un système d'expressions fonctionnelles pour le comportement des personnages (qu'ils appellent FFL).