dimanche, janvier 10, 2016

100 bytes for a level

Il m'aura fallu me promener dans le code désassemblé de Super Mario Bros 1 pour finir par y croire. Oui, sur cette cartouche de 40KB, les niveaux sont extrêmement compacts. Oui, la technique pour en faire le rendu est à la base de ce que j'avais observé avec l'éditeur pour NSMB: bien que le hardware travaille avec des "tiles", le niveau est décrit par une série de commandes (un byte de coordonnées, un byte indiquant le type de commande et éventuellement une taille). On aura ainsi des "un tuyau de 3 blocs de haut" puis "une rangée de 5 briques" et "un escalier de hauteur 3". Voire même "un trou dans le sol de largeur 4". Pas de "patterns extensibles" derrière ces codes, mais directement du code assembleur!
Les buissons, nuages, le sol sont eux décrits sur une autre couche qui est utilisée en premier lieu pour remplir la zone mémoire sur laquelle le niveau sera ensuite dessiné.

Thanks fly to Daniel Turner who teased my interest for how SMB1 encoded its levels. The cartridge was incredibly small (40KB) and indeed encoded levels as a list of "painters" operation, each giving a coordinate on the current screen, a type and possibly a size. Painters are simply dedicated assembly routine, and thus they could have something as complex as "add a staircase of 9 steps".

What I beleived to be an original technique in NSMB was thus a good old recipe. Would it be useful to shrunk those 64K levels of Bilou : School Rush ? Well, hardly, because compared to SMB1 I have much more variety in the graphics of the level, and I used those "alternate tiles" to make books, folders and pencils looks as unique as I could and avoid giving the feeling of a world built by copy-pasting. That's a bit sad, because SMB approach definitely makes editing the level much easier.

L'équipe RD4 aura profité au maximum du fait que le jeu ne fait pas marche arrière: le niveau est encodé écran par écran, et les coordonnées des objets sont données à l'intérieur de l'écran en cours. Un marqueur est ajouté aux objets qui se trouvent sur un nouvel écran par rapport à leur prédécesseur. (I AM ERROR) Il faudra attendre que SMB3 embarque une RAM additionnelle dans sa cartouche pour que le jeu puisse se souvenir des blocs déjà cassés et des pièces collectées, rendant ainsi possible une navigation plus libre dans le niveau (/I AM ERROR).

Un monde de différence, donc, avec le stockage brutal d'un tableau de MxN éléments que j'utilise dans LEDS (avec des niveaux de 32 ou 64KB. Plus gros que l'entièreté du jeu SMB1, donc), mais qui me permet en contre-partie une souplesse totale pour que les livres ne soient pas tous exactement les même. Allez, apparemment, une simple compression .zip pourrait réduire les niveaux à une taille d'environ 8KB.

1 commentaire:

Vincent a dit…

Très intéressant en effet, je me demandais aussi comment le jeu pouvait tenir sur un espace aussi petit.
-- nominé aux Vincent's Awards